Suivre par Email

samedi 18 février 2012

L’enfant, un sujet à part entière.

L’enfant, un sujet à part entière.

L’enfant est devenu aujourd’hui un « objet précieux ». Précieux, oui et c’est un progrès qui s’inscrit dans le contexte plus général de l’attention que la société porte aux individus et spécialement aux plus démunis dont font partie les enfants. C’est vrai que les enfants ont leur caractère- pas toujours facile-, qu’ils ont tendance à s’installer dans un imaginaire de toute puissance, et il est indispensable de leur donner des limites structurantes pour la constitution de leur personnalité. Il n’en reste pas moins que les enfants sont parmi les plus vulnérables de notre société et que c’est un progrès considérable de prendre soin de leur « être ». Entre l’enfant roi ou l’enfant tyran, et l’enfant malmené, bafoué dans sa dignité ou plus simplement ignoré par moments, il y a un équilibre à trouver.
Dans ce souci de prendre soin de nos enfants et dans cette réflexion de la société sur la place de l’enfant, nous sommes passés progressivement du droit de l’enfant à la question centrale du bien de l’enfant, ce qui montre bien que le risque est toujours de traiter l’enfant en objet. Le considérer comme un sujet à part entière est un enjeu majeur de l’éducation.
Dire « sujet à part entière » ne veut pas dire sujet autonome mais sujet en devenir, ce que nous sommes tous mais l’enfant particulièrement à qui nous avons à transmettre puis à proposer ce qui nous semble essentiel pour sa vie.
Ce qui nous fait vivre les uns et les autres, c’est la prise en compte et le renouvellement permanent et quotidien de notre désir qui se travaille et se purifie progressivement. Il en va de même pour l’enfant. C’est le rôle des parents et des éducateurs de lui montrer que son désir est bon et respectable, non pas pour lui laisser tout faire mais pour l’aider à grandir en le faisant évoluer. C’est lui dire, implicitement ou pas, « Ton désir est bon mais sa satisfaction immédiate n’est pas possible. Tu ne peux pas faire ce que tu veux comme tu veux, épouser Papa ou Maman, dire n’importe quoi à n’importe qui, etc.… Par contre, ton énergie, ton amour, ta vie intérieure, ce que tu penses, sont importants. Nous allons voir ensemble comment tu peux les utiliser, les développer, les mettre au service de ce que tu veux faire, de tes projets, et des autres ».
Pour les questions existentielles que se posent les enfants le rôle des parents est également essentiel pour apporter les réponses nécessaires et adaptées à leur âge et à leur maturité. Là aussi, il est également nécessaire de dire aux enfants combien leur désir de comprendre la vie est bon et utile pour continuer à avancer sur le chemin qu’il leur revient personnellement de faire.
Protection, limites, réponses adaptées, respect de leur cheminement de sujet : les parents sont les mieux placés pour élever leurs enfants. Pour cela ils peuvent se faire aider par leur entourage qui prend soin d’eux et les accompagne dans leur parenté ou leur parentalité.
Pour nous chrétiens, c’est prioritairement au travers et grâce à cette éducation en famille que les enfants pourront découvrir cette intuition centrale dans le développement de leur vie intérieure qu’est la foi en Dieu.
Anne Lannegrace, mariée, 4 enfants, 11 petits enfants, est psychologue et psychanalyste. Elle est directrice du département Famille de la conférence des Evêques de France

Source : http://www.blogfamilles2011.fr/

+1 commentaire

Anonyme a dit…

excellent article qui résume bien selon moi l'importance de l'éducation pour toute société humaine. je suis éducatrice de jeunes enfants (eje) depuis 6ans. nous accueillons des enfants de 15mois à 4ans et leurs familles, et c'est chaque année un vrai challenge. Nous sommes confrontés à des parents de plus en plus jeunes et souvent "dépassés" par des petits boutchous très intelligents qu'ils aiment plus que tout et auxquels ils ne peuvent rien refuser. Ma petite expérience d'eje et de chrétienne me conforte année après année dans l'absolue nécessité d'apporter aux enfants un cadre fait de limites et de valeurs dans lequel chacun évoluera à son propre rythme. Un enfant sans limites (et sans valeurs) est un enfant perdu, sans aucun repères fiables, un enfant malheureux. Quel parent souhaiterait le malheur de son enfant?

Enregistrer un commentaire

>> Comment faire ? Besoin d'aide : -cliquez ici-

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes