Suivre par Email

vendredi 23 mars 2012

La joie du sacrement de la réconciliation

La joie du sacrement de la réconciliation

de Mgr d’Ornellas

 


Le pardon est si important ! Comment vivre et grandir sans lui ? Il est impossible d’aimer vraiment sans, un jour ou l’autre, pardonner. Celui qui a été pardonné sait donner le pardon. Bien sûr, il est plus facile de pardonner pour une petite chose que pour un crime. Cependant, il n’y a pas de limites au pardon puisque Jésus lui-même nous dit qu’il faut pardonner 70 fois 7 fois (Mt 18, 22).

Quand Jésus emploie cette expression, il pense au pardon infini que Dieu ne cesse de donner aux hommes. Il connaît les Écritures : Dieu est le « Miséricordieux », selon le nom que Moïse découvre après l’épisode du « Veau d’Or » qui signifie le péché des hommes (Exode 32-34). Face au mal commis, Dieu se dévoile comme l’amour qui pardonne gratuitement, uniquement parce qu’il aime. Son pardon efface l’offense, donne la grâce et relève. Quand Dieu pardonne, il exprime sa confiance envers le pécheur : « Va, et ne pèche plus ! » (Jn 8, 11)

Dieu, de la hauteur de sa transcendance, ne jette pas un regard condescendant vers les misérables créatures que nous serions. Non, il est le Père qui a confiance en chacun de ses enfants. Face au mal qu’ils commettent, il ne cesse pas d’avoir confiance en eux, il les relève par son amour qui se fait pardon afin qu’ils reprennent avec joie leur chemin. Telle est sa miséricorde, comme le montre l’Évangile de l’Enfant prodigue (Lc 15).
Le Christ « est vraiment le Sauveur du monde » (Jn 4, 42). Sur la Croix, il prononce une parole définitive qui est comme le sommet de la Révélation : « Pardonne leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Lc 23, 34) Cette Parole est actuelle et toujours vive dans le sacrement du pardon, ou confession. Le prêtre, par l’Ordination sacerdotale reçue, prononce cette Parole du Christ : « Je vous pardonne tous vos péchés. » Quelle joie pour les prêtres, de prêter leurs lèvres au Christ quand ils prononcent la Parole de miséricorde infinie ! Eux qui vont personnellement se confesser, savent d’autant mieux la grandeur et la joie du pardon qu’ils donnent.
Pour nous préparer à recevoir son pardon, le Christ marche avec nous. Il nous donne sa grâce, nous faisant passer de la culpabilité qui fait mal et attriste, à la contrition qui suscite confiance et paix. Aller vers le prêtre pour recevoir le pardon, c’est aller en toute confiance vers le Christ qui, dans son amour plein de délicatesse, nous attend et nous accueille avec joie. Il ne juge pas mais sauve, restaure, relève. Sa confiance est intacte et il continue de nous appeler avec douceur à la sainteté. Il nous délivre d’un fardeau. Si on s’approche du prêtre avec un poids, on le quitte dans la légèreté d’une liberté retrouvée et d’une joie donnée !
Oui, le sacrement du Pardon ou la Confession, est un grand don. L’Église, notre Mère, nous l’offre comme une source d’eau pure à laquelle le Christ nous invite : « Venez à moi, vous tous qui avez soif. » Aller se confesser, c’est se mettre en pèlerinage vers un oasis d’amour et de vérité. C’est répondre librement à l’appel entendu dans notre conscience : sois vrai au fond de toi, vraiment vrai, autant que tu le peux, non pas par peur mais dans la paix, car Dieu est Amour. Sous sa lumière, tu vois les moindres tâches sombres de ton coeur. Alors, il t’est bon de prononcer avec humilité l’aveu de tes fautes au prêtre qui te donne le pardon immense du Christ. N’aies pas peur, Il t’aime.
Les Journées du pardon offrent la possibilité de recevoir personnellement le sacrement de la réconciliation.

Source :  http://catholique-rennes.cef.fr/?La-joie-du-sacrement-de-la

Cet article n'a pas encore été commenté ...

Enregistrer un commentaire

>> Comment faire ? Besoin d'aide : -cliquez ici-

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes