Suivre par Email

mercredi 9 mai 2012

A méditer


SI J'AVAIS SU...

Si j'avais su que ce serait la dernière fois que je te verrais t'endormir, je t'aurais embrassé du plus fort que je pouvais. 
Si j'avais su que ce serait la dernière fois que je te voyais franchir la porte, je t'aurais serré très fort contre moi. 
Si j'avais su que ce serait la dernière fois que j'entendrais ta voix je l'aurais enregistrée pour la réécouter chaque jour. 
Si j'avais su que ce serait la dernière fois, j'aurais pris le temps de m'arrêter et de te dire "Je t'aime" au lieu d'assumer que tu le savais. 
Si j'avais su que ce serait la dernière fois, je serais resté là pour partager ce jour avec toi, au lieu de penser que tu en avais tellement d'autres à vivre que le laisser passer sans te voir n'avait pas d'importance. 
On peut toujours remettre au lendemain ce qu'on pourrait faire aujourd'hui. On a toujours une seconde chance. C'est ce qu'on croit. 
On pourra dire demain "Je t'aime", "Tu es important pour moi", 
"Est-ce qu'il y a quelque chose que je peux faire pour toi?" 

Mais sait-on jamais? Aujourd'hui est tout ce que je possède, et je veux te dire combien je t'aime. Demain, ne l'oublions jamais, n'est jamais une certitude, juste une promesse. Aujourd'hui est peut-être notre dernière chance de dire notre amour. 
Si vous pensez le faire demain, pourquoi pas aujourd'hui? 
Parce que si demain ne vient jamais, vous risquez de regretter de ne pas avoir pris ce moment pour un sourire, une caresse un baiser, une étreinte, une attention qui aura été son dernier souhait, sa dernière joie. 
Prenez le temps de serrer ceux que vous aimez dans vos bras, chuchotez-leur des mots tendres, dites-leur combien vous les aimez, combien vous les aimerez toujours. Prenez le temps de leur dire "Je te prie de m'excuser", "Je suis désolé", "Merci", "Il n'y a pas de problème", de les regarder d'un regard d'amour. 
Si demain ne vient jamais, vous n'aurez aucun regret de ce qu'aurait pu être aujourd'hui.

___________________

Le temps est ...

Trop lent Pour ceux qui attendent 
Trop rapide Pour ceux qui ont peur 
Trop long Pour ceux qui sont malheureux 

Trop court Pour ceux qui sont heureux 
Mais pour ceux qui aiment 
Le temps est éternel.

___________________ 

L'ARGENT

Il peut acheter une maison 
Mais pas un foyer 

Il peut acheter un lit 
Mais pas le sommeil 

Il peut acheter une horloge 
Mais pas le temps 

Il peut acheter un livre 
Mais pas la connaissance 

Il peut acheter une position 
Mais pas le respect 

Il peut payer le médecin 
Mais pas la santé 

Il peut acheter du sang 
Mais pas la vie 

Il peut acheter du sexe 
Mais pas de l'amour

___________________ 


Un jour, un vieux professeur de l'Université fut engagé pour donner une formation sur la planification efficace de son temps à un groupe d'une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Ce cours constituait l'un des cinq ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n'avait donc qu'une heure pour "passer sa matière".
Debout, devant ce groupe d'élite (qui était prêt à noter tout ce que l'expert allait enseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit: "Nous allons réaliser une expérience". De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot Masson d'un gallon (pot de verre de plus de 4 litres) qu'il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu'au bord et qu'il fut impossible d'y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda: "Est-ce que ce pot est plein?".
Tous répondirent: "Oui".
Il attendit quelques secondes et ajouta: "Vraiment?". Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s'infiltrèrent entre les cailloux... jusqu'au fond du pot.
Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda: "Est-ce que ce pot est plein?".
Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L'un d'eux répondit: "Probablement pas!". "Bien!" répondit le vieux prof.
Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une chaudière de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier.
Encore une fois, il demanda: "Est-ce que ce pot est plein?".
Cette fois, sans hésiter et en choeur, les brillants élèves répondirent:
"Non!". "Bien!" répondit le vieux prof.
Et comme s'y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d'eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu'à ras bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda:
"Quelle grande vérité nous démontre cette expérience?"
Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondit: "Cela démontre que même lorsque l'on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire".
"Non" répondit le vieux prof. "Ce n'est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante: si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite".
Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l'évidence de ces propos. Le vieux prof leur dit alors: "Quels sont les gros cailloux dans votre vie?"

"Votre santé?" 
"Votre famille?" 
"Vos ami(e)s?" 
"Réaliser vos rêves?" 
"Faire ce que vous aimez?" 
"Apprendre?" 
"Défendre une cause?" 
"Relaxer?" 
"Prendre le temps...?" 
"Ou... toute autre chose?"

"Ce qu'il faut retenir, c'est l'importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir...sa vie. Si on donne priorité aux pécadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de pécadilles et on n'aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie. Alors, n'oubliez pas de vous poser à vous-même la question: "Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie?" Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie)". D'un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle.

+3 commentaires

Anonyme a dit…

j'ai bien aimé le texte SI J'AVAIS SU
car si on regarde la vie bien en face c'est la vraie vérité qu'on ne tient pas vraiment compte il ne faut pas renvoyer ce qu'on peut faire le jour même.
Et profiter chaque jour les merveilles de DIEU

Chantal a dit…

si j'avais su... heureusement maintenant je sais.

sky a dit…

superbe texte, rempli de profondeur!

Enregistrer un commentaire

>> Comment faire ? Besoin d'aide : -cliquez ici-

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes