Suivre par Email

dimanche 6 juillet 2014

Venez à moi, vous tous qui peinez...


En ce temps-là, Jésus prit la parole : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. » Mt 11, 28 - 30

La souffrance des hommes est un mystère pour nous. Nous avons tous peur de la souffrance, et devant la souffrance des autres, et spécialement des personnes que nous aimons, nous ne comprenons pas, et nous pouvons même nous révolter. Et il est vrai que devant la souffrance, il n’y a souvent pas d’explication, pas de mots à dire. Et parfois pas de consolation possible. Mais la souffrance peut parfois nous aider à nous rapprocher de Dieu. Devant ce mystère de la souffrance, l’homme se trouve face à face avec son impuissance, avec sa faiblesse. Il se retrouve aussi avec le besoin de quelqu’un d’autre, quelqu’un qui puisse lui venir en aide. Et cela peut être un chemin vers Dieu. Qui serait tellement fort au point de ne jamais avoir besoin de personne ? Serait-il vraiment humain ? Devant cette faiblesse de l’homme, Jésus nous lance son appel : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau. » La souffrance peut être un chemin vers Dieu. Victor Hugo écrit dans Les Misérables : « La pupille se dilate dans la nuit et finit par y trouver du jour, de même que l’âme se dilate dans le malheur et finit par y trouver Dieu. »


Jésus nous rejoint dans notre souffrance, et il nous propose le repos. Le vrai repos, la paix de notre âme. Un homme qui tire un joug tout seul dans un champ fait un grand effort. Mais si un ami vient avec lui, et à deux ils tirent le joug, cet effort se fait déjà bien plus facile. Jésus est cet ami. Si nous le laissons venir dans notre vie, il prend notre joug, et nous propose non pas de ne plus faire d’efforts, mais de faire un effort non plus tout seul, mais avec lui. Partager une tâche la rend plus facile. Nous ne sommes pas seul en ce monde, Jésus est avec nous. Et nous devons nous aussi apprendre à partager le joug des autres, pour le rendre plus facile. Dieu n’a pas voulu que l’homme soit seul. C’est dans le partage, dans l’amour du prochain, dans la douceur et l’humilité que se trouve la réponse aux difficultés qui viennent tout au long de notre vie.

+1 commentaire

camille a dit…

Loin de nous dérouter, ce texte nous invite à découvrir les nombreuses
facettes de la souffrance.
Nous avons souvent des moments de révolte qui ne mènent à rien
sinon se rendre à l'évidence et accepter avec résignation les épreuves
comme étant la volonté de Dieu.
Apprenons à dire dans les adversités:"Que votre volonté et non la mienne s'accomplisse, O mon Dieu!"
Ne nous dit-Il pas:"Venez à moi,vous tous qui peinez et je vous
soulagerai?"
Acceptons de porter notre croix avec patience puisque nous sommes
nés pour la porter tous les jours.
Ne nous promet-Il pas que son joug est facile et son fardeau léger?
La Parole, quoique souvent déstabilisante, ne promet que:
Paix, douceur et joie.
Prenons appui sur le roc inébranlable et nous obtiendrons:
Assurance, force et victoire.
O Jésus ,doux et humble de Coeur,
Rendez nos coeurs semblables au Vôtre.

Enregistrer un commentaire

>> Comment faire ? Besoin d'aide : -cliquez ici-

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes