Suivre par Email

vendredi 15 août 2014

Assomption de la Vierge Marie


« …Nous affirmons, nous déclarons et nous définissons comme un dogme divinement révélé que l’Immaculée Mère de Dieu, Marie toujours Vierge, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée en corps et en âme à la gloire céleste. » Le 1er novembre 1950, le Pape Pie XII affirmait ainsi la foi de l’Église en l’Assomption de la Vierge Marie par cette définition dogmatique. 

Marie est icône des croyants, elle la fille de Sion, l'Israël saint dont est né le Messie, et elle est aussi l'Église, la communauté chrétienne qui engendre des enfants pour le Seigneur sous la croix. Pour cela, le Visionnaire de l'Apocalypse l'a vue comme la femme vêtue de soleil, couronnée des 12 étoiles des tribus d'Israël, enfantant le Messie (cf. Ap 12, 1-2), mais aussi comme la mère de la descendance de Jésus, l'Église (cf. Ap 12, 17).
 
Ainsi, la première créature à entrer "corps et âme" (de tout son être) dans l'espace et dans le temps du Créateur ne pouvait être que celle qui avait consenti à ce que le divin passe dans l'humain : espace vital donné par la terre au ciel, la Vierge-Mère devient germe et prémice d'une création
transfigurée. Dans la foi de l'Église, Marie est désormais au-delà de la mort et du jugement, dans cette dimension autre de l'existence à laquelle nous ne savons donner de nom, si ce n'est "ciel".


Marie, élevée en Dieu, reste infiniment humaine, Mère pour toujours, tournée vers la terre, attentive aux souffrances des hommes et des femmes de tous temps et de tous lieux, présente à leur pèlerinage souvent incertain. Elle est la portion d'humanité déjà rachetée, figure de cette "terre
promise" à laquelle nous sommes appelés, coin de terre transplanté au ciel.


Ce corps transporté vers la Lumière, source et finalité de toute lumière, ne concerne plus seulement la dévotion de quelques fidèles, mais le sort ultime de tout le créé, assumé par l'Incréé : c'est la chair même de la terre qui, transfigurée, devient eucharistie, action de grâce, étreinte avec le ciel.
 
Oui, en cette mémoire de Marie élevée au ciel, les chrétiens, en pleines vacances, sont invités à transformer en action de grâce au Créateur et Sauveur la création qu'ils contemplent et qu'ils devraient sauvegarder avec amour et attention.


Cet article n'a pas encore été commenté ...

Enregistrer un commentaire

>> Comment faire ? Besoin d'aide : -cliquez ici-

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes