Suivre par Email

mardi 12 août 2014

La mortification

Celui qui veut suivre Jésus-Christ doit se renoncer et prendre sa croix.
Se renoncer, c'est ne pas chercher les satisfactions de son amour-propre.
Hélas ! Qu’elle est malheureuse, l'âme qui se laisse dominer par l'amour-propre !

Il y a deux sortes de mortifications : l'une intérieure et l'autre extérieure.

Celui qui se mortifie intérieurement s'efforce de réprimer ses passions,
en particulier celle qui exerce sur lui la plus grande influence.
Malheur à celui qui ne triomphe pas de son défaut dominant !
Il n'est pas loin de se perdre. Au contraire, s'il en triomphe, il parviendra sans peine
à remporter une victoire complète.

Celui qui se mortifie extérieurement, lutte contre les inclinations perverses de ses sens.
Il mortifie ses yeux : c'est par les yeux que la première atteinte de la mort entre dans une âme. Il mortifie sa langue, en ne faisant point de médisance, et en ne prononçant jamais
aucune parole contraire à la sainte vertu.
Il mortifie sa bouche, "en mangeant pour vivre et non pas en vivant pour manger."



Saint Alphonse de Liguori.

Cet article n'a pas encore été commenté ...

Enregistrer un commentaire

>> Comment faire ? Besoin d'aide : -cliquez ici-

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes