Suivre par Email

mercredi 6 août 2014

La Transfiguration

L’Eglise, en célébrant la fête de la Transfiguration demande au Père qu’il nous accorde "d’écouter la voix de son Fils bien-aimé, afin de pouvoir un jour partager avec lui son héritage"
Que nous vivions un moment d'illumination et de consolation en présence du Christ, vrai Dieu et vrai homme, ou que nous ne percevions plus que son humanité et son visage de souffrance, il nous reste cependant à l'écouter sur la montagne de nos enthousiasmes comme dans les plaines de nos découragements. Alors reprenons inlassablement les évangiles sous la conduite de l'Esprit pour les ruminer dans le saint des saints de notre cœur, et y entendre la Parole du Fils bien-aimé.

Entendre la parole

Dans les visions racontées par la Bible, ce qui est vu prépare ce qui est entendu. Moïse voit le buisson ardent et alors la voix divine lui donne une mission. La Transfiguration du Seigneur avec toute sa lumière éblouissante vient éclairer le message de la voix céleste : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis tout mon amour ; écoutez-le !" Déjà, au moment de son baptême par Jean, Jésus avait été identifié par la voix céleste comme le Fils bien-aimé. Mais ici, il y a une insistance nouvelle : "écoutez-le". Le temps de la Passion approche, temps de ténèbres. Les disciples ne pourront plus compter que sur leur confiance en leur maître. Les chrétiens sont dans l'espérance de la venue éclatante de Jésus mais, en attendant, ils lui font confiance et l'écoutent.

Jésus a annoncé à ses disciples sa Passion. Puis il les mène sur la montagne où ils le voient transfiguré : il leur manifeste sa splendeur pour qu'ils saisissent que sa Passion le conduira à la gloire de la Résurrection. La voix qui se fait entendre du ciel confirme l'élection accomplie au baptême et révèle que l'amour du Père accompagne l'itinéraire de Jésus. "Écoutez-le" ajoute-t-elle, comme pour signifier aux disciples qu'il leur faut accepter de renoncer à l'idée d'un Messie tout-puissant. La gloire que Jésus connaîtra n'est pas une récompense ou un couronnement après l'épreuve, mais une gloire déjà présente mystérieusement dans la traversée des souffrances. En dépit des apparences, le Père reste présent, comme le manifestent le rayonnement de la gloire et le témoignage sorti de la nuée.

Ils virent la Gloire de Jésus

"Celui-ci est mon Fils, celui que j'ai choisi, écoutez-le." Autant dire que le temps de la claire vision n'est pas encore venu, même si nos yeux s'entrouvrent parfois sur les mystères glorieux du Christ. Apprenons donc à "aimer Jésus Christ sans l'avoir vu" ; à "croire en lui sans le voir encore" (1 P 1,8) ; à l'écouter comme "celui qui a les paroles de la vie éternelle" (Jn 6). En ce sens, pourquoi ne pas relire un évangile en entier, pour recevoir les enseignements du Christ comme une parole de grâce qui nous est personnellement adressée ?

Son départ

Dans le récit de la Transfiguration, Luc précise en une annotation qui lui est propre : "ils parlaient de son départ (littéralement : "exode") qui allait se réaliser à Jérusalem". L'expression "exode" annonce à la fois le début de la montée à Jérusalem et la mort de Jésus, le départ étant une métaphore de la mort. Présenté aux côtés des prophètes, Jésus connaîtra leur sort : il sera rejeté et mis à mort. Le terme fait également référence au récit fondateur de la sortie d'Égypte et du passage à travers la mer et la mort vers la liberté et la terre promise. Jésus va reprendre à son compte ce qu'a vécu Israël, s'inscrire dans la continuité de l'histoire du salut et lui donner une dimension inouïe ; car celui qui fait exode vers Jérusalem pour traverser la mort est déjà du côté de Dieu, dans la gloire. 


P. Benoît Schwind, en partenariat avec Prions en Eglise ; juillet 2008


Source : 

Cet article n'a pas encore été commenté ...

Enregistrer un commentaire

>> Comment faire ? Besoin d'aide : -cliquez ici-

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes